« On ne sépare pas les âmes soeurs aussi facilement. »

Titre: Les étoiles de Noss Head T2LEDNH2

Auteur: Sophie Jomain

Éditeur: J’ai lu

Genre(s): Fantastique, romance

Pages: 379 pages

Sortie officielle en France: 2011

Synopsis: (spoiler) Pour moi, une nouvelle vie commençait : l’université à St Andrews avec Leith, mon petit ami loup-garou. J’avais espéré que le calme était revenu, que je vivrais ma première année de fac comme n’importe quelle jeune fille, ou presque. Douce utopie, rien ne se passe jamais comme on le voudrait.
Il fallait qu’ils se fassent la guerre, c’était plus fort qu’eux. Leur haine ancestrale allait les pousser à bout. J’étais dépassée.
Je n’en avais aucune idée alors, mais les forces qui devraient s’affronter allaient au-delà de tout ce qu’on peut imaginer.
J’étais au moins sûre d’une chose : tôt ou tard, je paierais les pots cassés. Peut-être même que je ne m’en sortirais pas indemne.


AVIS DE LA SORCIÈRE

Si le premier tome avait déjà été une superbe lecture, et fut un coup de coeur, ce deuxième tome l’est davantage. Il m’a fait passer par maintes émotions, et c’est important de ressentir dans un livre. Je vais vous expliquer pourquoi ce livre est pour l’instant dans mon podium de meilleures lectures de 2017. Je vous préviens d’avance, il risque -et c’est même sûr- d’avoir des spoils du premier tome dans cette chronique, mais il n’y en aura pas sur le deuxième, ne vous en faites pas!

« J’acquiesçai, je finis ma tasse de thé, et, alors que nous sortions, je songeai au petit aparté qui avait plongé Tarja dans le mutisme. En pensant à l’Australienne, un seul mot me vint à l’esprit/méfiance.
Je tâcherais de ne pas l’oublier. »

Je ne sais absolument pas par où commencer afin de vous présenter ma lecture. Si je devais choisir un mot pour la décrire, ce serait sans aucun doute: magique. J’avais trouvé le premier tome très entraînant, et l’avais par ailleurs fini en une après-midi. Les personnages m’avaient tous plu, et une en particulier plus que les autres: Hannah. Je l’ai dès l’entrée de jeu trouvé agréable et attachante. Néanmoins, j’avais eu un peu plus de mal avec Leith, que tout le monde a adoré, alors que pour ma part…je l’ai juste apprécié, mais sans plus. L’intrigue et les personnages étaient bien approfondis, et ils avaient du sens. Sophie Jomain a réussi à nous offrir une histoire géniale rien qu’en un seul tome, il me tardait donc de lire la suite.

« -Tu n’es peut-être pas un prince charmant, mais tu es celui que je veux. Toi, et personne d’autre. »

Dans ce second tome, nous retrouvons Hannah, notre jeune française qui intègre l’université de St Andrews en Écosse, aux côtés de Leith, son petit ami loup-garou. Elle pense alors à vivre une année normale, de passer de bons moments en famille, avec son petit ami et ses futurs amis, mais tout ne se passera pas comme prévu…Hannah fera la découverte de La Meute, qui est constituée par des loups-garous Lupus, et dont Leith fait partie. Hannah est la première humaine à intégrer La Meute, et ses occupants lui font un chaleureux accueil, à part Georgia, ex-petite amie de Leith. Notre jeune française fera également la rencontre d’une nouvelle espèce, et deviendra amie avec certains membres de cette espèce. Mais cette race et les loups-garous sont en confrontation, et se déteste du plus profond du coeur…Hannah parviendra-t-elle à dissoudre les tensions? Et parviendra-t-elle à aider ses amis, afin d’éviter une guerre?

« – Tu sais combien de chances sur six milliards j’avais de
trouver mon âme sœur ? Une seule, Hannah, juste une toute petite chance. Et tu crois qu’après avoir eu le privilège de te rencontrer, je vais te considérer comme un fardeau ? Jamais. Je serai toujours là pour toi, quand bien même tu ne voudrais plus de moi. »

Hannah est mon personnage préféré de toute la saga, et un de mes personnages féminins favoris de tous livres confondus. Je me suis énormément reconnue en elle; elle a un petit ami qu’elle aime vraiment, elle est assez ouverte sur pas mal de sujets, et je ne saurai vous expliquer pourquoi, mais j’ai eu la nette impression pendant ma lecture d’incarner le rôle d’Hannah. Autrement dit plus simplement, je me reconnais en elle plus qu’avec n’importe quel autre personnage qui existe. Hannah est adorable et très attachante, on ne peut pas se passer d’elle dans cette histoire. À l’idée d’avoir bientôt fini la saga, ce n’est pas l’histoire qui me manquera, mais bel et bien Hannah.

« – J’espère que tu sais où tu vas, grommelai-je.
Il me servit son éternel sourire en coin railleur.
– Tu as déjà vu un loup se perdre en pleine nature, toi ?
Je dus me faire violence pour ne pas lui tirer la langue. »

Je ne vais pas m’éterniser sur tous les personnages, mais sachez que j’ai plutôt bien aimé Leith dans ce second volume, puis arrivée l’heure finale…JE L’AI DÉTESTÉ! Vous comprendrez pourquoi en le lisant. Je suis extrêmement déçue de lui, et j’ai actuellement envie de le tuer. Concernant les autres personnages que nous allons rencontrer dans ce tome, je les ai trouvé intéressants. Je les ai trouvé bien construits, ils ont tous une histoire plus ou moins touchante derrière eux, et j’ai adoré en apprendre davantage concernant leur passé.

« Que pouvais-je bien faire ? Je les aimais tous, mais mes efforts pour les réconcilier seraient vains. Rien ne saurait jamais les rapprocher. Ils sont trop différents et surtout, ils aiment se battre, immodérément, outrageusement. Ils n’ont pas besoin de véritables raisons pour ça. »

L’univers? Il est encore mieux présenté que dans le tome précédent. Sophie Jomain a su construire un monde haut en couleur, qui n’est cependant pas difficile d’imaginer, et qui nous aspire en son sein afin de découvrir les secrets qu’il recèle. Il est tellement bien décrit et détaillé que les éléments se pose sous nos yeux sans même que l’on s’en rende compte. En lisant ce second tome, je n’ai pas vu le temps passer et en le refermant, le sentiment de vide m’a envahit: je me suis trop attachée à l’univers.

« – Promets-moi une chose, souffla-t-il en plantant ses beaux yeux verts dans les miens. Promets-moi que plus jamais tu ne douteras de moi, que désormais, tu viendras me parler avant d’aller ruminer dans ton coin, que quoi qu’il arrive, tu te souviendras que je suis celui qui t’aime, qui t’adore et te protégera à jamais. Et de mon côté, je jure de tout te dire sur mon passé. »

L’écriture de Sophie Jomain s’est améliorée depuis le premier tome. Elle est envoûtante, douce et je n’ai pas décroché une seule seconde à cette histoire. Elle décrit un tas d’éléments en les incorporant au récit, ce qui ne donne pas un résultat ennuyant, bien au contraire. Je n’avais qu’une seule envie, en apprendre plus.

« Avoir l’impossible est une quête.« 

Je conseille fortement cette saga, qui est juste époustouflante. Si vous n’avez pas encore craqué pour le premier tome, foncez! Si vous aimez les romances douces et à la fois tumultueuses, lisez-le. Si vous aimez les histoires de créatures magiques, lisez-le. Dans tous les cas, lisez-le. Vous pouvez par ailleurs retrouver la chronique de ma partenaire Fanny ici.


PASSAGES DU ROMAN

« -Quoi qu’il arrive, quoi que je fasse, je t’aime. N’oublie jamais ça: je t’aime, répondis-je à la place.
-Promets-moi…
Je la regardai longuement.
-Je te promets, finis-je par dire.
Que l’Esprit me vienne en aide. Je n’y croyais pas. »

« À chaque fois qu’il me voyait, Leith me détaillait de la tête aux
pieds, se gaussant de me mettre dans tous mes états. Alors je fus
tout à fait heureuse du petit effet que lui fit ma tenue. Sa bouche
s’ouvrit béatement et ses pupilles s’étrécirent au point qu’on ne les
vît plus.
— Waouh…, souffla-t-il en me mangeant du regard. Je sais que
j’ai une excellente condition physique, mais je te jure que là, je suis
au bord de l’apoplexie !
Je pouffai de rire.
— Tu es époustouflante !
Je trouvai son enthousiasme délicieux.
— Tu n’entres pas ? m’étonnai-je, voyant qu’il s’accrochait au
chambranle de la porte comme un naufragé à un bout de bois.
— Si j’entre, je ne suis pas sûr que nous ressortions de cet
appartement, Hannah.
J’en rougis jusqu’à la racine des cheveux. »

« Elle avait 16 ans environ, il en avait 17, ils se sont fréquentés à l’insu de mes arrière-grands-parents pendant presque une année. Il était beau, brun, avec de magnifiques yeux verts….Je laissai un blanc pour que Leith fasse la déduction tout seul mais ça ne venait pas. Pas surprenant, il fallait être une fille pour réussir des raccourcis pareils.
-Bon, viens-en au fait, s’impatiente-il.
-En plus d’être admirablement beau, insistai-je, il était aussi apprenti au phare de Noss Head, son père en était le gardien.
La mâchoire inférieure de Leith s’ouvrit en grand, l’étincelle avait éclairé sa lanterne ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s